Pôle Cinéma

Cinéma

Train of thought
Frank De Maria

Divorcée et mère célibataire, Julia doit affronter ses conflits psychologiques internes dans l’espace de son trajet de train pour retrouver sa fille qui est restée avec son ex-mari.

Au cours du trajet, un incident ferroviaire a lieu et Julia tombe. À son réveil, elle se retrouve seule dans le train avec trois téléphones pour communiquer avec sa fille, son ex-mari et son travail.

Mon Apocalypse
Maxime Bart

Depuis 58 jours Milo ne sort plus. Depuis 58 jours, il cuisine le même plat de pâtes au pesto. Depuis 58 jours Sam est parti. Depuis 58 jours Milo espère qu’il revienne. Seulement, aujourd’hui Milo n’a plus de pâtes.

Ce dernier repas qu’il avait partagé avec Sam, ce dernier lien en spaghetti qui les unissait, il n’en est plus rien. Il ne sait que faire. Sa vie s’était construite autour d’habitudes minutieusement exécutées. Mais que faire quand celles-ci sont impossibles à perpétuer ?

Pôle Cirque&Danse

Cirque&Danse

Projet d'
Alice Miljanovic

De quelles façons le cycle menstruel chez les femmes peut-il influencer leur pratique dansée ?

Quelles influences pourrait-il avoir sur les danseuses à travers leur créativité, leurs capacités physiques, leur moral et leur appréciation de leur façon de produire, faire, passer à travers le mouvement. Est engagée la question sociale et éducative du corps féminin politisé, en relation avec la façon dont le sujet est “démocratisé” ou non.

D’un point de vue fonctionnel: Comment est-ce que le corps est impacté lors de sa pratique par ses fluctuations hormonales et comment la proprioception serait modifiée? 

Les  croyances autour de la façon de vivre le moment des règles, influencent sa pratique? Comment cela impliqueraient une évolution créative parfois peut-être dichotomique avec les disponibilités corporelles à ce moment? 

Quels liens avec concept de dissymétrie du genre et les rapports de pouvoirs associés?

12.000ft
Charles Menard

12.000ft explore ce que Bruno Latour appelle la “zone critique”, cette fragile écorce d’oxygène autour de la terre, espace à la fois riche et restreint au sein duquel tout ce que nous appelons “humanité” ou “civilisation” existe. 

12.000ft fait se croiser la matérialité de la pellicule de film et l’incarnation du mouvement. En collaboration avec Yu Bai, chorégraphe et danseuse dont le travail cherche à “réinvestir la conscience dans la corporéité du mouvement”, je souhaite filmer cette dernière sur exactement 12.000 pieds de pellicule.

Pôle Création Littéraire

Création Littéraire

L'innaissant ciel
Bryan Chenna

Un ciel qui ne naît pas
qui n’en finit pas de naître
ou de ne pas naître…

L’innaissant ciel est un recueil poétique explorant la solitude, les liens entre soi et le monde, et la quête de sens. C’est le cheminement d’une attente qui oscille entre espoir et lucidité, qui ne cesse de mourir pour renaître à elle-même. C’est la promesse toujours déçue mais toujours renouvelée que ça va aller, que le ciel finira par s’ouvrir, que la lumière reviendra. Les battements de l’espoir dans un monde où respirer ne va plus de soi.

Continuer à construire le ciel même quand il pleut des cendres,
à dire le vide entre soi et le monde, le vide qui crie d’être comblé ;
tisser des horizons dans l’infini chaos…

Barbara
Rafaelli Holguin

C’est l’histoire illustrée d’une étudiante et de sa rate domestique, Barbara, racontée des deux points de vue : animal et humain.   

Au fur et à mesure des épisodes, qui se déroulent surtout à Paris mais aussi dans le Poitou-Charente et dans différents pays, on s’attache aux deux légumes (synonyme parfaitement officiel du mot “personnage” sur le CNRTL) qui découvrent leurs univers respectifs : l’intérieur d’une valise ou les méandres d’un studio pour l’un ou les début de la vie estudiantine pour l’autre.

A travers de petites intrigues, telles que les multiples tentatives de l’étudiante d’attirer Barbara sur son épaule, on se demande si elles vont réussir à rentrer en relation malgré leur nature très différente.

Pôle Exposition

Exposition

Entre elle et moi
Kilian Abautret

« Entre elle et moi » c’est un projet d’exposition réunissant plusieurs médiums (photographie, peinture, texte et vidéo). Le fil rouge de cette exposition est l’exploration de ma relation personnelle avec ma mère. Avec l’intime comme matière première de toutes les pièces, ce projet mêle l’histoire de ma mère et de ses peintures à mon regard et à mes photographies. Exposition-dialogue, « Entre elle et moi » pose la question plus générale : qu’est-ce qui nous relie et nous sépare de ceux que nous aimons ? Que se trouve-t-il entre nous ?

Projet de
Sarah Froment

Ce(ux) qu’il nous reste de 60 ans de vie commune, d’un couple parisien et des années passées, de ce qu’on n’emporte pas dans la tombe, de lui, d’elle et de leur quotidien. 

Une exposition photographique immersive dans l’intimité d’un lieu de vie, l’inventaire en 7000 clichés de ce qu’iels avaient passé une existence à rassembler, accumuler par strates. 

Que choisissons-nous de conserver auprès de nous au fil du temps et, finalement, qu’en restera-t-il ?

 

Pôle Musique

Musique

Novembre
Roxane Converset

Entre dandy et voyou, masculin et féminin, enfance et âge adulte, Novembre explore la poésie d’une génération en crise. A travers des mélodies entraînantes et une énergie rock, elle dévoile ses doutes et ses désirs, armée de son ordinateur et de sa guitare électrique. 

Navigant du chant au rap, Novembre donne à voir, dans une sincérité désarmante, une poésie de l’intime.

IXIO
Elinam Youhnovski Romon

IXIO, le projet futuriste

IXIO est un projet musical particulier. Il propose une association innovante de sonorités électroniques et de sons réalisés avec des instruments.

L’intention est de proposer deux visions du futur : une version utopique aux sonorités douces qui s’oppose à une version dystopique aux teintes agressives.

Ces créations musicales seront présentées à l’occasion d’événements culturels où différents artistes motivés par ce thème seront conviés. 

Associant la musique à la mode et à d’autres formes de création, IXIO propose un véritable univers artistique qui intègre plusieurs supports présentés sous des formes physiques et virtuelles.

Pôle Radio&Podcast

Radio&Podcast

J'aurais aimé être un brin d'herbe
Diane Reynier

Prenant comme point de départ l’art de la discussion en voiture,  

où on commente le paysage qui défile puis où on se murmure des replis de soi, puis ah mais il sait pas  conduire merde, puis mon plus grand regret c’est de pas avoir fait…, puis il veut mourir lui c’est pas  possible arrrhh, et où on revient à ce qu’a dit un tel l’autre soir, jusqu’à, finalement (enfin!), arriver à  destination 

J’aurais aimé être un brin d’herbe s’attache à être un éloge de l’errance et tout ce qu’elle implique. Qu’est  ce que révèle cet aller-retour entre ce qu’on voit et ce qu’on dit ? Quels moments sont propices à ces  digressions ? Prendre son temps, se perdre… s’autoriser à vagabonder est accepter un autre temps qui  déplace notre regard et nous sort (un peu) de nous-mêmes.

Projet de
Jeanne Dumonteil

“Quand j’ai eu 20 ans ont résonné en moi ces chanson de Charles Aznavour « Hier encore », de Barbara « Le bel âge », les paroles de Mireille Darc qui nous dit qu’à 20 ans « c’est bien de ne pas être désabusé, de ne pas être triste, et de tout savoir, de tout avoir vu ». J’ai senti s’abattre sur mes épaules une pression sociétale qui nous pousse à croire qu’à 20 ans il faut réussir à s’épanouir. D’abord dans ses études et lancer sa carrière professionnelle au plus vite, être heureux en amour, avoir des amis… commencer à réussir sa vie. Mais je m’identifiais plutôt à la phrase du romancier Paul Nizan « J’avais 20 ans. Je ne laisserais personne dire que c’est le plus bel âge de la vie. ».

J’étais d’un coup désabusée de cet âge que j’avais toujours fantasmé, persuadée que j’y serais plus heureuse que jamais. Emplie de doutes sur mon futur, convaincue par les réseaux sociaux que tous les autres y arrivaient mieux que moi, j’avais l’impression d’être seule dans mes questionnements. Tous ces doutes et toutes ces questions ont muri dans ma tête et au fil du temps et de discussions avec des proches ou des inconnus qui traversaient la même dizaine que moi j’ai pris conscience que nous traversons tous la même phase.

Même ceux qui a nos yeux ont l’air de réussir à traverser cet âge mieux que nous. Ce projet me suit depuis quelques années maintenant, il a pris plusieurs formes (édition, formats vidéo court ou long) pour arriver aujourd’hui à celui qui me semble le plus adapté, le podcast. Faire entendre la voix d’autres personnes sur ces problématiques qui nous habitent et réaliser que nous ne sommes pas les seuls à se les poser.”

Pôle Théâtre

Théâtre

L'Ogresse
Balthazar Sibieude / Alexis Estève

“L’Ogresse, c’est une exploration théâtrale et chorégraphique de la thématique du désir pédophile et de son traitement dans la société.

Le désir pédophile est un amas de silences, un sujet sans mots. Tant qu’il n’y a pas agression, on ne s’en préoccupe pas. Quand il y a agression, il est déjà trop tard.

Combien d’inconnus portent ce désir impossible ? Qu’est-ce que bien les accompagner ? Un désir, une préférence sexuelle peuvent-ils être effacés, transformés ou sont-ils constitutifs de nos identités ?

La Compagnie Misqine tente dans ce projet de déconstruire la figure du monstre et d’ouvrir un espace de réflexion sans brutalité ni fausse pudeur.”

About Girls and Boys
Léa Guimier

Trois comédiennes invitent le public à une réunion anonyme.

Chacun.e pourrait se lever pour raconter son histoire.

Pourtant, ce sont elles qui vont prendre la parole en premier pour partager la destinée d’une femme.

Une femme, la naissance de l’amour, la passion, l’envol professionnel, les enfants puis le drame.

Une femme, trois comédiennes, comme trois versants d’une même histoire.

Une femme, trois énergies, comme trois pans d’une même personnalité.

Une femme, trois corps, comme pour mieux explorer l’universalité de la violence qui entoure l’espèce humaine depuis la nuit des temps.

Cinema
Section 2
Section 3
Section 4
Section 5
Section 6
Section 7